Accueil > Actualités > Les dernières nouvelles > SDDEA : Information démoustication
SDDEA : Information démoustication

Suite à la crue de cet hiver, les niveaux d’eau peinent à redescendre. Ces dernières semaine, suite aux dernières intempéries, l’ensemble des cours d’eau sont même repartis à la hausse. En maints endroits, la remontée des nappes contribuent avec les eaux de débordement, à l’alimentation de gîtes larvaires présents sur le territoire.

Les équipes du SDDEA, depuis le mois de février, prospectent l’ensemble des communes pour identifier les zones qui pourraient être propices au développement des larves d’Aedes rusticus et cantans, espèces présentes en cette saison. Ces moustiques hivernaux et de début de printemps se montreront agressifs entre début mai et début juin.

Des larves ont été identifiées sur plus de 500 ha pour l’ensemble du territoire de compétence du SDDEA. Afin de limiter la gêne liée à ces moustiques, les équipes du SDDEA prévoient la réalisation d’un traitement aérien entre le 6 avril et le 13 avril.

Les conditions hydrologiques et climatiques devenant plus favorables, un traitement aérien est prévu à compter du lundi 9 avril sur environ 450 ha. Ce traitement étant tardif, l’efficacité sur les aedes rusticus, espèce qui pique au début du mois de mai, sera certainement limitée. Cependant il permettra, sous réserve de conditions hydrologiques stables, de limiter la présence des aedes cantans, qui piquent fin mai début juin.

En complément des traitements aériens, des traitements manuels sont d’ores et déjà déployés sur les zones pouvant être parcourues et traitées à pied, ce qui représente 33 ha.

Différentes espèces de moustiques sont susceptibles de se développer sur la commune. Les traitements qui sont ou qui seront effectués par le SDDEA, dans quelques jours, ne visent que les moustiques dont les larves sont actuellement présentes dans les eaux résiduelles.

Si au cours du printemps, les eaux tardaient à descendre ou si nous étions confrontés à une remontée brusque des rivières comme observée en mai 2016, d’autres espèces printanières et estivales (Aedes vexans, Aedes stiticus, etc...), pourraient provoquer une invasion de moustiques difficilement contrôlable.

Parallèlement le SDDEA rappelle que leurs actions visent à limiter les populations de moustiques qui se développent dans les milieux naturels, pas les moustiques qui élisent domicile dans les points d’eau isolés, proches des habitations tels que les pots de fleurs, vieux pneus, bidons et autres récipients.

Donc soyez vigilants sur ces points de rétention des eaux de pluie favorable au développement des larves !



Partagez cette info avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Une erreur sur cette page ? Une demande de modifications ? Contactez-nous !